Recore : un Eden infernalement  commun

Recore : un Eden infernalement commun

4 septembre 2018 0 Par Eleha

Présenté à l’E3 en exclusivité  en 2016sur One, ReCore , dernière création en date de Keiji Inafune, (personnage haut en couleur et controversé du monde des jeux vidéo) avait fait son entrée avec brio en présentant un trailer qui envoyait du pâté comme on dit. Terminé en sous-marin et balancé dans la fosse aux robots-lyons durant la période creuse de septembre, le jeu semblait promis à un avenir radieux. Quand est-il donc de ce TPS post-apocalyptique teinté de plateforme ? Le trailer alléchant a-t-il tenu ses promesses ? Comment dire ? Pouet…

 

 

Un nouvel Eden infernalement commun…

Suite à une énième catastrophe et à un manque d’originalité flagrant, la planète bleue est en train de rendre l’âme tout comme ses habitants. Dans un espoir de renaissance et depuis maintenant plusieurs siècles, l’humanité explore l’univers à la recherche de planètes propices à accueillir tout le tsoin tsoin et une fois découverte, les terra-forme afin de les rendre habitables. La terraformation étant un travail de longue haleine comme tout le monde sait, ce sont des robots alimentés par des sphères énergétiques qui se chargent de la besogne. En cas de besoins, des techniciens de l’espace (oui, ouiJe n’invente rien) en cryo-sommeil se trouvent dans différents coins de la galaxie prêt à intervenir à coup de visseuses spatiales et autres clef à molette pour remettre dans le droit chemin les robots syndiqués.

C’est dans ce contexte que nous rencontrons Joule, ingénieur en électronique option sniper-laser et gymnastique acrobatique, qui sera réveillée après 200 ans d’hibernation afin de rétablir une antenne et régler une poignée de pannes sur une des planètes en question. Tout ça sans treizième salaire…Bien entendu cela ne sera que prétexte pour accomplir un dessein bien plus grand mais je ne veux pas vous spoiler plus tant le scénario est déjà pauvre en soit…

Fiche de paye avec prime de risque…

C’est donc une Joule athlétique, en exosquelette, du jamais vu et bien équipée que nous prenons en main dans un environnement à première vue assez vaste. Les commandes sont classiques, on lock les cibles à l’aide de LT et on Shoot avec RT, on peut charger le tir en tenant manipuler RB ce qui permet de percer les boucliers ennemis, un double saut et un dash, ainsi qu’un grappin qui servira de couteau suisse, ajoutons deux touches d’attaques pour les robots et la boucle est bouclée. A ce niveau-là les premières minutes sont agréables et on se retrouve rapidement à sauter de caillou en caillou avec une réelle sensation de liberté et de maîtrise. Ses éléments permettant une bonne mobilité nous retrouverons comme annoncés des grosses phases de plateformes assez bien pensée mais nous y reviendront. En plus de ses capacités personnel, Joule disposera de l’aide de robot-animaux de compagnie toute au long de son aventure. Destiné au combat, à la fouille ou disposant de capacités de déplacement unique, ses robots viendront compléter la palette plutôt limitée des actions possibles. Dans Recore, à vous d’utiliser le bon compagnon au bon moment.

Afin d’enrichir ce gameplay somme tout très sommaire, une solution d’affinité de dégât a été imaginée…Une de ses mécaniques chère aux développeurs début 2000… En effet les créatures du bestiaire disposent chacune d’une couleur d’affinité (bleu,rouge,jaune,vert), il sera alors possible de changer de mode de tir en passant d’un type de munition à l’autre à l’aide du pad numérique pour maximiser les dégâts infligés. Une fois un stade de la barre de vie atteinte vous aurez alors deux possibilités, achever les créatures afin de ramasser les composantes qu’elles laisseront en explosant ou leurs retirer leurs sphères d’énergies à l’aide de votre grappin, éléments indispensables pour faire évoluer vos Robots domestiques.

 

Recore :  ♫ ♫ Et on lui pèlera le jonc comme au bailli du limousin….♫♫

 

Pimp my Bot

Bien entendu et quand on aime le classicisme, on intègre un vague système de craft à son jeu. C’est donc un établie à robot que nous découvrons au sein de notre base (qui ressemble plus à un atelier avec juste une établie, m’enfin…) grâce à laquelle nous pourrons modifier et évoluer nos robots. Pour cela, il faudra découvrir au préalable les plans de certaines pièces puis les fabriquer à l’aide de matériel récupéré sur les ennemis. Les modifications se limitant à spécialiser votre robot face à une couleur, débloquer quelques skill plus ou moins utiles ou efficaces et changer le skin, cet élément sera rapidement secondaire. En effet la grosse majorité du temps vous laisserez votre compagnon du moment faire sa vie et se battre fougueusement seule pendant que vous tirerez au loin sur les cibles en sautant dans tous les sens. Rien de complexe donc, il suffira simplement et à chaque fois d’équiper les pièces ayant les meilleurs stat…Précisons qu’il n’y a aucune évolution du côté de Joule hormis une augmentation des dégâts par affinités de couleur. C’est léger, très léger même…Amateur d’optimisation et de théorie crafting passez votre chemin (En sprintant même…)

 


Recore : Tuto make up version SF…A vous de juger….

 

Tape dans tout, il y aura forcément du bon

En plus du scénario et des différentes explorations de map, vous aurez la possibilité de faire des donjons vous procurant diverses récompenses. Divisé en deux catégories vous pourrez au choix affronter des ennemis en traversant des zones explorables,ou effectuer des traversées en mode plateforme. En plus de la récompense de fin vous aurez la possibilité d’accomplir divers objectifs afin de récupérer des récompenses supplémentaires. (temps impartis, secrets découvert, sans mourir,…). Si le premier mode de donjon de Recore n’a rien de notable tant il est similaire au scénario, le mode plateforme couplé au gameplay aérien de Joule fût une bonne surprise. Des phases bien tortueuses qui mettront vos nerfs et votre doigté à rude épreuve vous permettront de rafraîchir un peu ce gameplay justement trop redondant. Malheureusement les level design trop souvent similaires et les gestions de caméras épileptiques amoindriront aussi les qualités de ses phases….

Mais malgré tout cela la palme du fail revient sans aucun doute au temps de chargement digne d’une ps1. Avec des graphismes et des textures à peine digne de la génération 360 et un univers aussi pauvre comment peut-on réellement, chrono en main, attendre entre 2 et 5 minutes pour un temps de chargement de zone à zone ? Surtout que changer de zone, c’est très commun dans un jeu…Un donjon, hop 4 minutes de chargement, fin du donjon ? Rebelote. Un TP à l’établi ? Comptez 2 minutes… Quand se déplacer à pieds va plus vite qu’avec la téléportation, il y a du souci à se faire…par contre on gagne en durée de vie c’est certain….

 

Recore : De la bonne plateforme bien fun, au moins un aspect du jeu réussi…

 

Recore : GOTY 2008…

Alors bon, sur le papier ça paraissait pas mal, malheureusement la réalité à vite rattrapé les développeurs…Collisions aux choux, caméra aux fraises, boss dans des zones étriquées cassant complètement la dynamique des combats, difficultés en dents de lyon scie, stratégies redondantes et linéaires, IA à la ramasse, craft inexistant, bref une belle salade d’idées mal exploitées. On accorde volontiers le fait que l’univers et la composante robots-copains donnent un petit charme au toute mais malheureusement le trop-plein de défaut ne pourra que rebuter. Si les premières heures s’avèrent assez sympathiques et pleines de promesses, la désillusion vous submergera dès le cap des 5 heures passées. En bref, encore un essai botté en touche pas Microsoft qui a décidément du mal à se remettre sur les rails niveaux exclusivités en cette fin d’année. Heureusement qu’un certains The Coalition est encore là pour tenir la baraque…Je pourrais en dire plus et du pire, mais je pense qu’on a fait le tour.

 

Recore : Petit florilège, c’est cadeau

 

Les plus + :

  • Un univers bateau mais avec quelques bonnes idées
  • Les animaux c’est chouettes, les animaux robots avec des mitraillettes, c’est mieux.
  • Un début sympa…juste le début…
  • Des phases de plateforme bien travaillées

Les moins – :

  • Rapidement répétitif
  • Les temps de chargement simplement insupportables.
  • Les textures mal travaillées.
  • La caméra épileptique
  • Un gameplay trop basique
  • L’inutilité des robots la majorités du temps
  • Craft ennuyant, pas d’optimisation, pas de end game réel…
  • Une exclusivité dont on se serait passé…

Note Recore : 1.5/5

 

recore

 

 

Éditeur : Microsoft Studios
Développeur: Armature Studio, Comcept, Asobo Studio
Sortie : 16.09.2016
Disponible sur : Xbox One & Windows 10 (Play Anywhere)

 

 

 

J’ai aussi testé pour vous :

Heavy Rain Remastered PS4 : un ciel plutôt maussade

Sorti en 2006 en exclusivité sur PS3, le troisième jeu de Quantic Dream avait fait couler beaucoup d’encre…


Conseils personnages partie 2 – Cosmo Review #2 – SSCF

Et on commence cette série avec les armures divines partie 1 de Saint Seiya Cosmo Fantasy. Découvrez tout…